Un futur essort de la réparation grâce à l’indice de réparabilité ?

comment reparer votre appareil

Un futur essort de la réparation grâce à l’indice de réparabilité ?

5 septembre 2020 Non classé 0
un futur essort de la reparation grace a l indice de reparabilite

Avez vous déja entendu parlé de l’indice de réparabilité ? Cet note est obligatoire en France, et doit être présente sur chaque produits en vente. Sa mise en place se fera en 2021 dans le cadre de la loi anti-gaspillage promulguée le 10 février 2020. L’objectif étant de sensibiliser les Français à la réparation des produits ! Cet indice de réparabilité porte sur 5 critères principaux :

  • Documentations
  • Démontabilité, accès et outils
  • Disponibilité des pièces détachées
  • Prix des pièces détachées
  • Critère spécifique à la catégorie d’équipements concernée

La mise en place de l’indice de réparabilité révèle un problème plus important dans notre façon de consommer : les consommateurs doivent voir les avantages de la réparation dès l’achat de leur produit. C’est pour cela que tout-reparer.fr vous propose son guide : un futur essort de la réparation grâce à l’indice de réparabilité ?

Pourquoi la réparation est essentielle en temps de crise

pourquoi la reparation est essentielle en temps de crise
La réparation est essentielle à notre société, aujourd’hui plus que jamais. Nombre d’entre nous dépendent de nos appareils électriques et électroniques pour travailler à domicile, communiquer avec nos proches ou rechercher des informations et des divertissements. S’ils se cassent, nous avons besoin de réparateurs fiables pour nous aider, afin que nous puissions rester connectés. Pendant la pandémie, il est encore plus important de faire réparer votre appareil ou votre dispositif, à un moment où il n’est peut-être même pas possible d’en acheter un nouveau ou que nous n’en avons tout simplement pas les moyens.

Cependant, dans plusieurs pays européens, la réparation n’a pas fait partie de la liste des « activités essentielles » qui doivent rester ouvertes en ces temps de crise. Cela signifie que pour ceux d’entre nous qui n’ont pas les compétences nécessaires pour réparer leurs appareils électroniques, nous pourrions perdre l’accès à ces outils de travail et de communication essentiels. C’est là qu’intervient l’indice de réparabilité !

Bien que nous ne soyons normalement pas alignés sur les positions des groupes industriels, la demande de Digital Europe de « maintenir les TIC et les magasins d’électronique ouverts pendant la pandémie » résonne en nous, tant qu’elle est censée inclure les entreprises de réparation indépendantes, essentielles pour maintenir les appareils existants en fonctionnement.

Même dans les quelques pays qui autorisent encore les entreprises de réparation indépendantes à rester ouvertes, il n’est pas toujours facile de les trouver. Pour la grande majorité des personnes qui utilisent Google pour ce faire, c’est quasiment impossible car l’entreprise bloque les publicités des réparateurs indépendants (par opposition aux services de réparation des fabricants et de leurs réparateurs agréés) qui, comme nous le verrons, ne sont pas nécessairement plus à même d’aider les consommateurs.

La réutilisation et le rôle des réparateurs indépendants lors du confinement ?

La France l’a bien comprit, il n’y a jamais eu de moment plus important pour pouvoir réparer notre électronique. Avec la mise en place de indice de réparabilité, le gouvernement montre que la réparation est essentiel pour continuer à fonctionner et assurer notre bien-être.

Mais ce n’est pas tout. Les chaînes d’approvisionnement traditionnelles qui assurent le réapprovisionnement constant des rayons des magasins d’électronique et des pièces détachées, qui sont parmi les plus complexes et les plus mondiales, sont en train de s’effondrer et risquent de s’effondrer encore plus dans les mois à venir. Preuve en est la flambée des prix des consoles de jeu d’occasion, entraînée par la réduction de l’offre de consoles neuves.

Il est de plus en plus difficile de faire réparer une console par un centre de service agréé. Récemment, Apple a annoncé la fermeture temporaire de tous ses magasins et donc de leurs services de réparation sur place. Ils sont désormais en ligne et cela ne peut que ralentir. De nombreux clients n’ont donc pas la possibilité de faire réparer leur appareil.

Les entreprises de réparation indépendantes sont plus résistantes. Elles sont moins dépendantes des chaînes d’approvisionnement mondiales que les centres de réparation agréés, car elles savent réutiliser les pièces et effectuer des réparations au niveau des composants.

La réparation indépendante a besoin de soutien dans un monde post-Covid-19

Jusqu’à présent, on a beaucoup parlé de renflouer les grandes entreprises qui souffrent sous la pression de la pandémie. Des mesures temporaires pour les petites entreprises peuvent également s’appliquer aux entreprises de réparation, mais il est trop tôt pour le dire.

Dans certains pays européens, le secteur de la réparation commerciale est assez bien organisé (Vangerow en Allemagne et Repanet et Reparatur Netwerk en Autriche en sont d’excellents exemples). Les décideurs devraient s’engager de manière proactive auprès des réseaux représentant les réparateurs, lorsqu’ils envisagent des mesures de soutien aux réparateurs.

Nous devons veiller à ce que les secteurs indépendants de la réparation et de la réutilisation ne soient pas oubliés dans les conversations politiques plus larges sur ce à quoi ressemblera le monde de l’après-Covid-19 et comment le financer. Non seulement la réparation et la réutilisation sont essentielles pour atteindre nos ambitions en matière de climat et de durabilité, tant au niveau national qu’européen, mais elles offrent également des possibilités d’emploi et de formation qui seront probablement très nécessaires dans les prochains mois et années.

Le secteur de la réparation va sans doute prendre de l’essor grâce à l’indice de réparabilité.

Le droit à la réparation s’épanouit grâce à l’indice de réparabilité

le droit a la reparation s epanouit grace a l indice de reparabilite
Au cours des derniers mois, il y a eu beaucoup de développements concernant la réparation au niveau européen. De l’engagement à mettre en œuvre le droit de réparation dans le plan d’action de la Commission sur l’économie circulaire au lancement de l’étude préparatoire sur l’écoconception pour les smartphones et les tablettes, Bruxelles s’intéresse enfin à l’environnement et aux avantages économiques liés à une économie de la réparation.

Si nous avons fait pression pour que ces mesures et qu’un droit de réparation universel devienne effectivement une réalité au niveau de l’UE, nous ne voulons pas donner l’impression que tout cela se passe à Bruxelles, bien au contraire !

Les produits réparables et la prévention des déchets ne sont pas seulement une question de politiques européennes

Les gouvernements nationaux et les politiques locales sont essentiels pour promouvoir la réparation et s’assurer qu’elle reste une activité durable et viable au sein des communautés. Dans toute l’Europe, certaines initiatives ont déjà poussé à la réparation au niveau national et local.

En Suède, par exemple, les gens peuvent bénéficier d’avantages fiscaux pour les réparations d’appareils effectuées par des techniciens à leur domicile. Ils peuvent récupérer, au titre de l’impôt sur le revenu, la moitié du coût de la main-d’œuvre pour la réparation des appareils, jusqu’à concurrence de 25 000 SEK (2 400 EUR).

De même, en Autriche, les résidents de Graz peuvent demander de petites subventions couvrant 50 % des coûts de main-d’œuvre de la réparation. Cette mesure est en place depuis 2016 et fonctionne pour une aide maximale de 100 EUR par ménage et par an.

Entre-temps, en France, à partir de janvier 2021, les acheteurs auront accès, en magasin et en ligne, à une notation de la réparabilité pour 5 catégories de produits initiales (ordinateurs portables, tondeuses à gazon, téléphones intelligents, machines à laver et téléviseurs), ce qui leur permettra de comparer la facilité de réparation d’un produit. Les critères comprendront la disponibilité des pièces de rechange et des manuels de réparation, la facilité de démontage et, surtout, le prix des principales pièces de rechange. Les fabricants seront tenus de publier le détail de leur notation, ce qui permettra aux consommateurs et aux ONG de vérifier plus facilement la fiabilité des informations et si les produits sont effectivement réparables.

De consommateurs informés, nous passons à une garantie plus longue. En Norvège, la plupart des produits électroniques grand public sont assortis d’une garantie de cinq ans, ce qui est bien supérieur à la garantie minimale de deux ans dans l’UE. Les consommateurs peuvent choisir de faire réparer le produit plutôt que de le remplacer, ce qui contribue à prolonger sa durée de vie.

Que faut-il faire ensuite ?

Bien qu’un contrôle et un travail de sensibilisation constants soient nécessaires au niveau européen, nous sommes conscients qu’il se passe tant de choses dans toute l’Europe. Au Royaume-Uni, des projets sont en cours pour obliger les fabricants de produits connectés à indiquer la durée minimale de l’assistance logicielle une préoccupation cruciale car de plus en plus de dispositifs peuvent être rendus obsolètes sans mise à jour des logiciels ou de la sécurité. En Italie, une proposition de « loi sur l’obsolescence planifiée » garantirait la disponibilité des pièces de rechange pour les produits et leur prix raisonnable.

Des ateliers de réparation de plus en plus nombreux

des ateliers de reparation de plus en plus nombreux
De nombreux réparateurs professionnels ont continué à travailler pendant la crise de la Corona, bien qu’ils n’aient pas pu ouvrir leurs ateliers.

Apparemment, le confinement a aidé les gens à réaliser que la réparation est importante, ce qui est une bonne nouvelle car la réparation est essentielle pour une économie durable et à l’épreuve de la crise. Pourtant, le secteur de la réparation reste petit et souvent sous-exposé.

Un secteur invisible

En France, le secteur de la réparation des biens de consommation est encore très restreint. Si l’on additionne tous les réparateurs français de chaussures, vêtements, appareils électroménagers, smartphones, vélos, meubles, etc., on obtient près de 3 000 entreprises dans le pays. Nos voisins s’en sortent mieux, même si le secteur de la réparation reste là aussi « le petit frère ». En France, le pays le mieux classé, les réparateurs représentent 0,47% du marché de l’emploi.

Comme dans d’autres pays européens, la quasi-totalité des ateliers de réparation en France sont des petites entreprises de moins de 10 employés. Les fabricants s’engagent à peine à réparer, voire parfois à travailler contre, en refusant aux réparateurs indépendants l’accès aux pièces de rechange et aux informations sur la réparation et en concevant des produits souvent difficiles ou impossibles à réparer.

Un secteur crucial

Pourtant, dans tous les modèles d’économie circulaire, la réparation est en tête de liste des tâches à accomplir. Bien plus que le recyclage, elle contribue à un cycle fermé avec une perte minimale de matières premières et d’énergie. Un secteur de la réparation plus fort serait également une bonne chose pour l’économie et l’emploi en Europe. Il s’avère que le nombre d’emplois locaux de qualité dans tous les États membres de l’UE augmenterait si nous obligions les fabricants à mettre les pièces de rechange et les informations sur les réparations à la disposition des réparateurs professionnels pendant une période plus longue.

Nous verrions notamment une augmentation du nombre de réparateurs, de fabricants et de négociants de pièces détachées et de vendeurs de produits d’occasion ainsi que de leur chiffre d’affaires et de leurs bénéfices.

Le chiffre d’affaires des fabricants et des vendeurs de produits neufs diminuerait, mais les pertes d’emplois en Europe même seraient très limitées. En effet, la production effective de biens de consommation a souvent lieu en dehors de l’Europe. En outre, les commerçants et les producteurs devraient investir dans des services de réparation locaux, dans l’innovation et la recherche, ce qui compenserait largement la perte d’emplois européens. C’est sur la base de telles études que l’Europe a décidé l’année dernière d’inclure une meilleure durabilité des produits dans le « Green Deal ».

Quelle voie après le Corona Virus ?

La crise du COVID a montré clairement à quel point nous sommes devenus dépendants de l’importation de matériaux. En quelques semaines seulement, nous avons été confrontés à une pénurie de masques de haute qualité, de pièces de rechange pour les respirateurs défectueux et d’autres équipements médicaux. S’il y a une leçon à tirer de cette crise, c’est qu’une économie résiliente doit être organisée plus localement. Le développement d’un secteur de la réparation à part entière s’inscrit parfaitement dans ce contexte. Il fournit des emplois locaux de qualité, nous gardons entre nos mains les connaissances et le savoir-faire concernant nos produits, et nous devons importer moins de matières premières et de produits en provenance de l’extérieur de l’Europe.

Cependant, ces dernières semaines, nous avons vu de grands groupes technologiques et industriels demander publiquement à la Commission de retarder des réglementations déjà adoptées : par exemple, « retarder certaines nouvelles obligations de conformité des produits TIC » (Digital Europe), et « retarder de deux ans l’objectif actuel de collecte de 65 % des DEEE [déchets électroniques] » (APPLiA).

Pourquoi il y a de l’espoir

Heureusement, nous voyons aussi des signes d’espoir. 17 États membres de l’UE ont signé un appel pour ne pas rejeter le Green Deal, mais pour le prendre comme point de départ de la reprise économique après la conférence de Corona (Nous avons presque trop honte pour ajouter que la Belgique ne figure pas dans cette liste). Plus de 200 ONG ont écrit une lettre à la Commission européenne pour rejeter les appels de l’industrie à mettre fin aux règles environnementales pour l’électronique et les appareils ménagers au lendemain de la crise Covid-19.

Une économie à l’épreuve de la crise nécessite plus que du plexiglas, des masques et une distanciation sociale. Il faut s’éloigner de l’économie du jetable. Faites en sorte qu’il soit plus facile de faire réparer les vélos, aspirateurs, smartphones, chaises de jardin, tapis et chaussures cassés que d’en acheter de nouveaux. Supprimez les obstacles pour les réparateurs. Créer un secteur de la réparation complet, solide et visible. Toute l’équipe de tout-reparer.fr reste à votre disposition dans l’espace commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *